Skip to main content

Non je ne m’intéresse pas aujourd’hui aux problèmes de couple pas plus qu’aux querelles de couple même pas, bien que plus agréable à l’harmonie du couple.

Le couple qui m’occupe, est précisément, rappelons le une force multipliée par une distance. Pour les moteurs de nos jouets préférés on l’exprimait en mètres.kilos puis maintenant en Newton.mètres.

Ses relations de couple, (donc de force), et de puissance ont toujours été pour moi assez mystérieuses. « Fort » ne veut pas dire « puissant » ces deux mots sont pourtant trop souvent confondus.

La puissance d’un moteur est presque toujours avancée en premier dans les caractéristiques de celui-ci, elle est quelquefois la seule que l’on site, pourtant la valeur du couple qui ne figurait pas encore il y a quelques années sur les notices commerciales est bien un élément déterminant de l’agrément de ceux-ci.

N’entrons pas dans les explications physiques mais notons simplement que les boites de vitesse, responsables de l’adaptation du couple moteur au meilleur couple délivré aux roues sont passées rapidement de 4 vitesses à quelquefois, 7 vitesses. C’est dire l’importance de ce fameux couple pour les constructeurs et leurs clients.

Eh oui nos moteurs thermiques développent un couple nul ou décevant à très bas régime, font preuve de vigueur à régime moyens et finissent par battre forfait à des régimes plus ou moins élevés suivant leur sophistication.

Pour illustrer les vertus du couple constant, je voudrais évoquer une machine élémentaire simple que vous sollicitez tous les jours, elle fabrique de la chaleur bien que ce ne soit pas pour ça que vous l’utilisiez, Il s’agit des freins de votre voiture, le couple en est limité par le blocage des roues. Il est constant de l’arrêt, 0 tr/minute jusqu’aux régimes les plus élevés. À l’attaque du freinage au bout de la ligne droite de Nogaro ils développent une puissance impressionnante de plus de 2 500 Cv.

La voiture hybride ou électrique fait l’actualité automobile, elle a plusieurs atouts, son caractère écologique (s’il est prouvé, en prenant en compte le bilan depuis l’origine de l’énergie), sa possibilité de récupérer l’énergie de décélération et de freinage, mais c’est le troisième atout qui nous intéresse aujourd’hui : le couple constant de son moteur électrique dés le démarrage, dés que l’on quitte l’arrêt, adieu l’embrayage, boite de vitesse et bienvenue aux accélérations enivrantes pourquoi pas de valeur absolue égale à un violent freinage…

Des voitures de sport roulent déjà avec un moteur électrique ou avec l’apport de celui ci, Porsche peut ainsi annoncer pour le 918 Spyder un 0 à 100 en 3.2 s.

Je pense que le moteur électrique arrivant dans l’automobile est prometteur d’un véritable virage dans la motorisation automobile, l’imagination des concepteurs dans l’avenir proche va se révéler passionnante.

Michel Goudouneche

Suivre Porsche Club Toulouse Gascogne