Skip to main content

L'escargot est appelé ainsi, par certains, pour désigner la partie lente du Circuit de Nogaro située tout au bout à l'extrémité Nord de celui-ci après Caupenne et avant la courbe de l'aviation.

C'est là que l'on apprend une trajectoire un peu déroutante au départ.

A la fin d'un freinage on nous dit de "monter" à l'extérieur sans trop connaitre la justification de cette manœuvre qui nous parait même, il faut le dire un peu saugrenue car au sol le tracé de la piste est difficile à globaliser, aussi je vous suggère de prendre de la hauteur avec une vue aérienne. On la trouve sur internet dans l'annuaire des pages jaunes : Circuit Paul Armagnac 32110 NOGARO, en cliquant sur : vue aérienne et en déplaçant la photo on arrive facilement à avoir une excellente vue du théâtre des opérations (sur Google Earth la vue est moins nette).

C'est beaucoup plus clair que la vision que nous avons de derrière notre pare brise ou même à pied au bord de la piste. En fait ce sacré virage est constitué de deux courbes attenantes et de rayons différents, plus petit dans la deuxième partie.

La trajectoire à suivre est dessinée ci dessous sur la photo, elle fait apparaitre une seule courbe d'un large rayon constant, avec le compas on y arrive avec le volant, nous allons voir le mode d'application.

Le deuxième Caupenne rapide passé en "trois" amène sur le vibreur à gauche à la fin du vibreur on se fabrique un bout de ligne droite pour le freinage en direction du vibreur suivant à droite que l'on dépasse en le tangentant ce qui nous amène à l'extérieur, on passe la "deux" et l'on braque pour une seule courbe jusqu'à un point de braquage situé très tard.

Aller à l'extérieur à la fin du freinage permet d'oublier la première courbe pour faire avec la deuxième une trajectoire à rayon plus grand et constant au lieu des deux courbes accolées et de rayons différents.

Pour ceux qui ont connu le Circuit du Castelet (l'ancien) ceci vous rappelle surement le double droite du Beausset où le passager était quelque peu inquiet de voir son pilote se diriger droit vers le grillage pour une trajectoire unique traitant le "double droite".

Cette prise de hauteur sur ce lancinant problème de l'escargot vous aura permis, je l'espère de vous éclairer, de démystifier cet escargot et que vous pourrez enfin retrouver vos nuits calmes les veilles de sorties à Nogaro.

PS : profitez en pour faire un tour de circuit sur internet, même si les photos datent d'avant les transformations du début d'année 2007.

Michel G

 

Suivre Porsche Club Toulouse Gascogne