Skip to main content

Bien que ce soit le lieu idéal pour apprendre le pilotage, et éventuellement si vous êtes au volant de votre voiture, de mieux la connaître, le souci de la sécurité ne doit pas se relâcher.

Une première remarque est que la sensation de vitesse y est moins grande que sur une route ou même une autoroute, il est bon d'en tenir compte.

Ceci tient au fait qu'en général il n'y a pas d'obstacle à proximité immédiate de la piste, par exemple rouler à 180 sur la ligne droite de Nogaro n'a rien d'impressionnant.

Distance de sécurité

Ne suivez pas une voiture à moins de 50 à 100 mètres, car elle peut avoir un comportement imprévisible , freinage , tête à queue etc.

Dépassement

La règle du dépassement à gauche du code de la route ne s'applique pas en circuit, vous le savez, par contre la règle générale à suivre est de garder la trajectoire même si elle est à gauche de la piste , celui qui s'apprête à vous doubler sait où passer.
la compétition n'est pas inscrite au programme!

Regardez loin

Par exemple en début de ligne droite votre regard doit déjà être au point de freinage.

Avant l'entrée dans un virage vous devez en avoir la totalité sous les yeux et vous être tracé la trajectoire à suivre jusqu'à sa sortie.

Freinage

On l'a déjà dit mais il faut le répéter.

Toujours à Nogaro et au même endroit à 180 km/h et à 120 mètres de l'épingle on peut trouver que l'on va y être vite, mais pas de précipitation, déjà sur les freins au maximum, attendez d'avoir perdu de la vitesse avant de sauter sur le levier de vitesse et de passer en 3ème.

les freins

le circuit est très exigeant pour eux et ils peuvent très bien vous trahir.

Avant de rentrer aux stands, faites un tour supplémentaire pour les refroidir.

En repartant des stands et dès la première ligne droite tâtez les avec le pied gauche pour être sur qu'ils répondent bien, il peut arriver en effet qu'à l'arrêt la chaleur se communique au liquide et le fasse bouillir, une poche de vapeur se forme et la pédale va au plancher, c'est très désagréable à l'entrée du virage!

Pression des pneus

Rajoutez au moins 3 à 400 g à la pression préconisée. La voiture se comportera mieux et les pneus seront moins défigurés en fin de séance.

Si la piste est sèche c'est avec des pneus usés que vous aurez la meilleure tenue de route, les pavés des pneus neufs ou presque se déforment accrochent mal et font glisser la voiture beaucoup plus tôt tout en se détériorant très vite.

S'il pleut, au contraire , des pneus en début de carrière, au dessin profond sont indispensables.

Ne vous lamentez pas si la pluie est de la partie c'est là qu'on apprends le mieux et que l'on use le moins la voiture, à la réserve près que par ce temps et en cas de sortie dans l'herbe mouillée celle-ci se révèle très glissante.

Glissade

Un trop grand optimisme peut amener la voiture à glisser rapidement vers un vibreur parallèlement à celui ci , cette situation est critique car la voiture va se bloquer brutalement si le vibreur présente une petite marche, il peut s'en suivre une destruction de roues ou d'éléments de suspension voire de tonneau.

Dans une telle situation mieux vaut encore ouvrir votre trajectoire et grimper sur le vibreur avec un angle.

Tête à queue

On a vu comment cela arrive. N'attendez pas de partir dans des figures qui n'ont rien d'artistique. Arrêtez ça tout de suite en bloquant les freins, débrayez au même temps pour ne pas caler.

Pour dégager faites bien attention aux voitures qui peuvent arriver.

Les choses se compliquent un peu, paradoxalement, si la voiture est équipée de l'A B S , celui-ci empêche le blocage des roues et leur conserve leur pouvoir directeur.

Alors qu'une voiture toutes roues bloquées va poursuivre sa trajectoire initiale et souvent rester sur la piste, la voiture avec ABS va suivre la trajectoire indiquée par ses roues ce qui n'est pas forcément intéressant suivant la position de la voiture.

M.G.

Suivre Porsche Club Toulouse Gascogne